Théâtre sonore et visuel

DESCRIPTION DE "ÉCLATS DE RÊVES"

PDF - 381.4 ko
Dossier
PDF - 3.6 Mo
Dépliant
PDF - 65.9 ko
Fiche technique
PDF - 166.8 ko
Plan de feu

AFFICHE

_ _

Le projet « Éclats de rêves » se situe dans la continuité de l’action entreprise par « Éclat de souffle » depuis sa création, c’est à dire mettre en relation les différentes disciplines artistiques et le théâtre en particulier à partir de l’expression sonore.

Pour ce projet novateur, au-delà du théâtre, de la vidéo, nous avons fait appel à une nouvelle discipline : le cirque avec le précieux apport de Lucille Brunet contorsionniste, danseuse qui ne cache pas ses talents dramatiques.
Nous retrouvons ici notre préoccupation constante de créer une ambiguïté entre l’action directe et celle préenregistrée. « Décalage qui invente de nouvelles émotions,de nouvelles notions de temps et stimule de nouvelles formes ». La musique est traitée la plupart du temps en direct : d’une part avec le traitement du signal sonore par ordinateur (Mac), provenant de micros hf et de capteurs placés dans le décor. De la même façon, la vidéo est traitée en direct par ordinateur (PC) avec des échantillons et des caméras placées dans le décor.
Le cirque se trouve à la fois dans la magie suscitée par les personnages qui évoluent dans un monde onirique, créant ainsi des évènements, des objets qui se retournent parfois contre eux et la projection fantasmatique d’une jeune créature qu’aucune prouesse corporelle n’arrête. L’originalité du propos réside aussi dans la confrontation d’objets bruts (casseroles, jouets mécaniques) avec l’informatique, de la réalité avec le virtuel.
Il n’y a pas d’histoire. Plusieurs thèmes apparaissent : le rapport complexe à la mémoire, à l’existence, à la perception du réel ; éléments traités de façon « surréaliste ». Ainsi nous retrouvons la pertinence du rapport à l’enfance qui se traduit par l’humanisation des objets animés jusqu’à l’intervention d’une marionnette.
Ici encore l’essentiel est que le spectateur puisse faire son propre cheminement, c’est le but de cet œuvre qui touche chaque individu quelque soit son parcours, son age.

Conception : Éclat de souffle
Mise en scène : Pierre Marzin
Mise en espace sonore et visuel : Jean-Serge Beltrando en scène
Contorsion, danse : Lucille Brunet en scène
Objets sonores, traitement son : Francis Larvor en scène
Lumières, traitement vidéo : Jean-Pierre Salin en scène
Costumes : Marion Gouti
Marionnette : Jacques Suire

Quand il s’extrait de sa table, comme on s’extrait d’un film, l’électro-bidouilleur fantasque fait naître bruits, sons, objets, formes animées et … « une créature » .
Cette jeune créature se trouve ainsi propulsée dans un espace qui est comme elle mystérieux et fragile, elle court au-devant de ses origines au rythme de sa quête contorsionnée.
Ces personnages, vous les avez peut-être rencontrés dans l’une de vos nuits, une nuit peuplée de rêves insensés.
Invitant le spectateur dans une troublante ambiguïté entre l’image du corps en mouvement et l’image numérique (manipulée ou non), le son traité et/ou improvisé ; au croisement du théâtre, de la musique électronique, du cirque et de la danse, ce spectacle profondément vivant, dérisoire et surréaliste, n’est autre qu’un jeu entre réel et imaginaire, destiné aux rêveurs, petits et grands.

_

Mise en scène de Pierre MARZIN

Comédien, Pierre Marzin interprète le père dans Les vacances de Jean-Claude Grunberg, Alceste dans Le Misanthrope de Molière, Horn dans Combat de nègre et de chien de Bernard-Marie Koltès, Conohor dans Deirdre des douleurs de J.M Synge, Vasques dans Dommage qu’elle soit une putain de John Ford, etc.

En parallèle, il dirige des stages de clown pour des acteurs et écrit son premier texte Mon cher amour propre qu’il met en scène et joue en Avignon puis à Paris. Suivra C’est loin La Ciotat, Papa ! , spectacle présenté au musée des Arts Forains.
Riche de ces expériences, il se voit confier la mise en scène de L’histoire du soldat de Stravinsky au Festival d’Avranches, puis Accord et décors , spectacle original où la musique et la poésie se font écho au travers du symbolisme, du dadaïsme et du surréalisme.
Ainsi, pour Pierre Marzin, le point de rencontre du son, du corps et de l’image devient la clé de voûte d’un édifice éphémère. Croisement qu’il cherche dorénavant à chaque mise en scène : « Point réjouissant et excitant, indispensable pour que l’imagination soit au pouvoir. »

La note de mise en scène

Travaillant depuis plus de vingt ans au raffinement de la démesure du clown sous toutes ses formes, l’occasion était trop belle d’expérimenter cette dynamique grâce aux moyens nouveaux qui m’étaient donnés.
La mise en scène s’appuie donc sur cette parcelle minuscule mais précieuse où l’entrechoquement des outils permet l’élévation, la distorsion, la contorsion, la dilatation, voire même la fusion des voix, des corps et des images dans l’espace scénique : carrefour où l’accident est recommandé, et même, souhaitable !

Lucille Brunet

Formée aux arts du cirque dès l’âge de sept ans, Lucille se spécialise rapidement dans la contorsion, qui est pour elle un moyen d’expression très riche. Au fil du temps, elle découvre le travail d’improvisation, la danse, le mime, le théâtre, qui lui permettent d’enrichir sa formation et créer sa propre personnalité artistique ; mêlant différentes formes d’expression. En formation professionnelle au « Studio de création Italo MEDINI », elle travaille parallèlement pour des événementiels, des festivals et des compagnies de disciplines aussi différentes que le théâtre de rue, le nouveau cirque, la danse et le théâtre musical, notamment au sein de la compagnie « Éclat de souffle ».

Francis Larvor

Compositeur et performer, poursuit une activité régulière avec Les Phonogénistes et le plasticien Laurent Golon, le poète Patrice Cazelles ainsi qu’avec la compagnie Eclat de Souffle. Des passions partagées entre la composition de studio, qu’elle soit appliquée à la création électro-acoustique ou en relation avec d’autres expressions et la production vivante avec des installations, le théâtre musical ou l’improvisation. Commandes de l’INA-GRM, du Musée de la Musique, du C.E.R. Pierre Schaeffer. Diffusions sur France-Musique et France-Culture. “C’est Cassé à l’Intérieur” CD sur le label Acousmatica. Professeur de musique électroacoustique au Conservatoire de Sarcelles.

www.phonogenistes.free.fr

www.lemurdufond.monsite.wanadoo.fr

 

 

Cie ÉCLAT DE SOUFFLE

 ACTIVITÉS
 Contact-Démarche
Théâtre sonore et visuel
 Cinéma dans le théâtre
 Jean-Serge Beltrando